100px-Blason_Thorame_Haute.svg.png  Thorame-haute


     Commune de la vallée du Haut Verdon


 
 
Vous êtes ici :   Accueil > un peu d'histoire
 

    341934   visiteurs    5  visiteurs en ligne   

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://thorame-haute.fr/data/fr-articles.xml

thorame_large20.jpg
THORAME-HAUTE 100px-Blason_Thorame_Haute.svg.png

   Formation du site : Entre 500 et 200 avant J.C. territoire formé de GALITES et de LIGURES qui, chassés de leurs contrées se mélangent à la population locale.
Epoque Gallo-Romaine, treize peuplades occupent ce territoire parmi lesquelles les EGUITURI ( du Haut Verdon ), les VERGUNNI ( de la vallée du Riou affluent du Verdon ) venant de Vergons ( 04 ), les VEAMINI ? venant du Var.
   Toponymie et Etymologie : Au V° S., cette agglomération s’appelait ETURAMINA  du latin Turris- Amena.Au cours de la longue période du moyen âge, elle prend le nom de TORAMINA puis de THORAMINA de Tor / Thor.( Tour ) racine Celto-Ligure et de Amaéna ( Agréable ) racine latine. Au départ cette agglomération était unique, regroupant les deux villages actuels de Thorame- Haute et Thorame-Basse distants de 5 kms. Vers le XIII S., arrivées des riches familles seigneuriales. Scission du territoire par un qualificatif géographique avec Supériori pour Haut et Infériori pour Bas, d’où Thoramina Supériori qui deviendra au fil des siècles THORAME-HAUTE.
   Quinze familles seigneuriales se sont succédé jusqu’en 1789, la dernière étant la famille des de Pazery rachetant le 17 juin 1711 la seigneurie à Balthazar de Villeneuve

FAITS HISTORIQUES

   439 – 450. Eturamina est le siège d’un évêché. L’emplacement n’est pas confirmé bien que les indices apparents laissent supposer N.D. du Serret. Sévarianus en était son évêque.
   1390. Incendie du village par les troupes de Raymond de Turenne
   9 septembre 1574, durant les guerres de Religions, destruction du château St Georges et de l’église paroissiale par les protestants du baron d’Allemagne ( petit bourg dans le 04 )
   1630 Epidémie de peste. Elle sera très meurtrière.
   1720 Nouvelle épidémie de peste. Mise en quarantaine volontaire par les habitants du village.

PATRIMOINE CIVIL ET RELIGIEUX

Monuments ayant disparus au cours des siècles :
1° Château St Georges. Bastion romain sur la colline de Tracastel ( de castel en position «  trans » signifiant au delà ). Apparentée à une butte féodale.
2° Présence manifeste Gallo Romaine : Traces d’aqueduc romain – Tombes gallo romaines ( III / IV° siècle ) et autres vestiges ( vases, dallages, inscriptions murales )

Eglises et chapelles :
Dans le village :
* N.D. du Serret. Edifice religieux le plus ancien connu dans la commune de Thorame-Haute ( XIII° siècle et certainement plus ancienne )
* Eglise St Georges. Eglise paroissiale du village. Elle serait bâtie sur un temple romain et attenante à une chapelle datant de 1539 ( attribut de cette date dans l’église) Détruite en 1574 durant les guerres de religions, elle ne sera reconstruite qu’entre 1598 et 1603. Elle est située dans le village, place de l’église
* Chapelle St Roch. XVII / XVIII° S. Elle est située en campagne au nord du village. A servi de poste de garde durant l’épidémie de peste de 1720.
* Chapelle St Joseph XVIII° S. Elle est située à la sortie sud du village en bordure de la route.
* Chapelle des Pénitents Blancs. 1828. Située rue St Pierre. Elle desservait cette confrérie. Aujourd’hui désaffectée, elle sert de salle communale.
* Chapelle St André. Mentionnée en 1785, aujourd’hui disparue, elle était située dans le village au quartier du Riou.
Hors du village :
* Chapelle St Laurent ( 1624 ) au hameau d’Ondres à six kilomètres du village. Elle est mentionnée en 1686 comme «  succursale » de la paroisse. Elle a été reconstruite en 1868 sur un autre emplacement.
* Chapelle de N.D. de la Fleur ( se rapporter à légende et pèlerinage ) au lieu dit de la Fleur, à Thorame-Haute Gare, à sept kilomètres du village. Sur les vestiges de trois chapelles présumées du XV° S ou plus anciennes., elle a été reconstruite en 1947 par l’abbé Juvenal Pélissier, chapelain et curé de la paroisse.
* Chapelle St Louis située dans l’ancien hameau de la Rivière. Mentionnée en 1712, aujourd’hui disparue.
Autres monuments : Les oratoires :
Modestes monuments, témoignage de la foi des hommes, les oratoires sont dédiés à un saint. Ils apportent la reconnaissance d’un bienfait, d’un remerciement. Neuf oratoires sont implantés dans la commune et datent du XVIII° S. environ.

LEGENDES ET COUTUMES * TRADITIONS POPULAIRES ET PELERINAGES

   Légendes et pèlerinages : Les lundis de la Pentecôte se déroule le pèlerinage de N.D. de la Fleur. Procession au départ de l’église paroissiale avec la statue de la Vierge à la Fleur, suivie à son arrivée au sanctuaire, des cérémonies religieuses.
Selon la tradition, ce pèlerinage repose sur l’apparition d’une Vierge à la fleur à un berger lui demandant de faire bâtir une chapelle à l’endroit où s’arrêterait la mule transportant la Vierge. En échange la Vierge aurait remis une rose au berger d’où le vocable de N.D. de la Fleur.
   Coutumes et traditions populaires :
Les Chambrettes : Forme de loisirs de la population masculine faisant partie des usages provençaux. On s’y réunissait pour se rencontrer, pour échanger des idées, se détendre et pour jouer aux cartes ou aux boules. Les discutions d’ordre politique ou religieux étaient exclues. Un statut réglementait son fonctionnement.
Fin du XIX° S.,Thorame-Haute comptait quatre chambrettes : celle des pères de famille, des jeunes gens, des républicains radicaux ? , des résidents du quartier du Riou.
   Les Pénitents Blancs : Cette confrérie, probablement fondée au XVII°S., se composait d’une grande majorité d’hommes du village et selon l’usage, les garçons y entraient après leur première communion. Le clergé n’était pas très favorable aux déploiements de ces pratiques.

PERSONNALITES MARQUANTES  

Personnalités ayant marquées la commune : Le 2 septembre 1793 massacre aux Carmes à Paris de trois prêtres réfractaires de la famille de François de Pazery de Thorame dernier seigneur de Thorame-Haute. Ils avaient refusé de prêter serment à la constitution civile du clergé. Il s’agit de Pierre François de Pazery de Thorame et de ses deux neveux Joseph Thomas et Jules Honoré Cyprien.

...merci à M.Félix Jaume


Page lue 2806 fois
Précédent  
  Suivant